Flakpanzer Mobelwagen

 

mobelwagen.jpg (47304 octets)

 

Durant la dernière moitié de la 2e guerre mondiale, l'Allemagne avait perdu la suprématie aérienne et avait grand besoin de puissants véhicules antiaériens pour combattre les chasseurs bombardiers alliés. Dans un premier temps, la production de ce type d'engins se concentra sur le Möbelwagen. Il était basé sur le châssis du char de combat Panzer IV et était équipé d'un unique canon antiaérien de 37mm. (voir les photos plus basses) protégé sur tous ses cotés par des plaques de blindage léger. Au printemps 1944 fut défini un nouveau programme de standardisation des nouveaux véhicules antiaériens. Ce plan prévoyait : 1- une tourelle blindée capable d'accueillir trois ou quatre membres d'équipage, 2- des armes d'une portée efficace d'au moins 2000 m, 3- l'emport d'au moins deux de ces armes, 4- assez d'espace pour stocker beaucoup de munitions, 5- une hauteur de 3 mètres maximum et 6- divers équipements de communication radio. Sur ces critères fut développé le Flakpanzer IV Wirlbelwind (tornade) dont le point fort était son exceptionnelle tourelle rotative protégée par pas moins de 18 plaques blindées de 16 mm. d'épaisseur. Ouverte au- dessus, elle ménageait assez d'espace pour un pointeur et deux pourvoyeurs. Le Wirlbelwind pouvait emporter 3,200 obus pour ses quatre canons antiaériens de 20mm. À la cadence de tir de 800 coups/minute. Ces armes pouvaient être pointées de 10 à 90 degrés. Le Wirlbelwind était un véritable fléau pour les appareils alliés évoluant à basse altitude. Durant la campagne de Normandie, toutes les divisions blindés allemandes ou presque avaient des groupes de " Flak artillerie Abteilung " pour les protéger de la suprématie totale des alliés durant leurs déplacements qu'on effectuait surtout de nuit en prenant bien soin d'effacer toutes traces au sol avant la levée du jour qui auraient pu guider les attaques des Typhoon sur leurs positions. On s'assurait même de changer le camouflage feuillu par des branches fraîches pour éviter la décoloration durant les mois de l'été. L'importance et la puissance de feu de cette arme fut un réconfort pour le combattant allemand qui ne voyaient pratiquement plus la Luftwaffe assurer leur protection.

 

Unité: SS -NORMANDIE, JUILLET 1944

France, été 1944, division inconnu

fla4m.jpg (89126 octets)
flak4ma.JPG (80525 octets)
flak4mb.JPG (91192 octets)
flak4mc.JPG (88819 octets)
flak4md.JPG (75640 octets)
flkak4me.JPG (89483 octets)
flak4mf.JPG (78754 octets)

Leibstandarte, France, 1944