dunkerque.jpg (21567 octets)

La retraite précipitée des armées françaises et anglaises suite à la percée de Sedan mena au miracle de Dunkerque. Nom de code "Opération Dynamo". Cela consistait à sauver le plus grand nombre de soldats possible du corps expéditionnaire britannique. Dans les meilleurs scénarios, on espérait sauver 30,000 hommes. C'était sans compter sur la Royal Navy qui déploya un effort considérable en récupérant même les petits bateaux de la Tamise pour leur faire traverser la Manche et participer au sauvetage. En l'espace de quelques jours entre le 25 mai et le 4 juin, plus de 300,000 combattants seront récupérés. Ils ont perdu leurs armes lourdes mais ils seront le noyau de la future armée qui reviendra 4 ans plus tard en juin 1944. Ce sauvetage fut le résultat d'une suite de décisions controversées dont l'ordre d'Hitler d'arrêter ses Panzers avant l'assaut finale pour permettre à la Luftwaffe de Göring de compléter la victoire. Voyant que l'aviation ne réussirait pas, l'ordre fut donné aux Panzers d'avancer. Il était trop tard car les Anglais et les Français avaient eu le temps de fortifier leur position. Il faut dire ici à l'honneur des Français qu'ils furent les derniers à combattre pour permettre l'évacuation de leurs compagnons anglais. Au départ, Dunkerque fut le résultat d'une décision malheureuse du Général Gamelin qui donna l'ordre à son armée d'avancer en Belgique pour y affronter les Allemands. C'était un piège car la poussée principale venait des Ardennes, de là l'encerclement qui les mena à Dunkerque.