La Wehrmacht s'essouffle.

Nous sommes le 5 décembre 1941 et la Wehrmacht est stoppé net devant Moscou. Qui plus est, le Général Joukov qui a été appelé à la rescousse a préparé une contre attaque pour enfoncer et faire reculer les lignes allemandes.
Moscou avait été proposé comme objectif pour la première fois au milieu d'août 1941. Le raidissement de l'armée rouge devant Léningrad et en Ukraine rendait alors impossible la progression de la Wehrmacht sur trois axes différents et exigeait une concentration des blindés et des unités motorisées sur un objectif précis. Mais Hitler voulait d'abord vaincre en Ukraine et détourna des blindés pour cette opération.
Après l'éclatante victoire de la mi-septembre en Ukraine, qui entraîne l'effondrement de l'armée rouge sur le front sud, Brauchitsch, Halder et Von Bock proposent de reprendre la marche sur Moscou interrompue depuis 2 mois. Ce sera l'opération Typhon. La situation a changé car la saison des pluies arrive et avec elle, la raspoutitsa, la boue soviétique réputé et les armées s'enlisent et avancent avec misère. De la fin octobre à la mi-novembre, durant 3 semaines, Moscou bénéficie d'un répit ce qui permet à Joukov de renforcer sa défense.
La Wehrmacht tente alors un ultime effort et s'approche à 45 km de Moscou le 29 novembre mais le froid intense est là et le 1 décembre, Von Bock avertit l'OKH qu'un succès stratégique paraît fort improbable et que poursuivre l'offensive est insensé. Le 5 décembre, Joukov déclenche une contre-attaque qui constitue pour le commandement allemand la plus inattendue et la plus désagréable des surprises.
En novembre-décembre 1941, l'armée rouge vient de remporter sa ''victoire de la Marne'' aux abords de Moscou. Pour la première fois, la Blitzkrieg vient de subir un échec. Joint à l'attaque sur Pearl Harbor qui vient d'arriver, Le troisième Reich est condamné à se battre sur deux fronts maintenant et le temps arrivera où ce sera au-dessus de leur force.