midway.jpg (57409 octets) Suite à l'attaque de Tokyo par l'escadrille de B-25 du Colonel Doolittle, Yamamoto fit approuver son plan M.I. qui consistait à attirer les portes-avions américains dans un piège pour les détruire. Pour ce faire, il organisa une attaque sur l'ile de Midway pour les forcer à sortir et engager le combat. Le plan prévoyait une attaque de diversion sur les iles Aléoutiennes. Mais voilà, les Américains étaient parvenus à déchiffrer les intentions des Japonais en brisant leur code. L'Amiral Nimitz qui commandait maintenant la flotte du Pacifique, fit réparer le Yorktown qui avait besoin de 60 jours au moins pour être remis en état en l'espace de 48 heures et dirigea celui-ci ainsi que le Hornet et l'Enterprise à 250 milles de Midway pour tendre une embuscade à l'escadre japonaise. Tout se joua en cinq minutes. Après des recherches intenses, les porte-avions japonais Akagi, Hiryu, Kaga et Soryu furent coulés ainsi qu'un croiseur de l'escorte et des destroyers. Cette victoire permit aux Américains de pratiquement détruire la flotte aéro-navale japonaise mais surtout fit tourner le vent de la victoire dans leur camp. De ce moment les Japonais ne feront plus que se défendre et retarder l'inévitable défaite.