bombardement.jpg (60401 octets) Au cours de la 2e guerre mondiale, une tactique dite de Bombardement stratégique fut mise au point. À cette époque, on croyait pouvoir gagner la guerre seulement en bombardant les endroits stratégiques et les populations afin de forcer le pays adverse à se rendre. La première opération de ce genre fut effectuée par la division Condor en Espagne lors du bombardement de la ville de Guernica. Le monde fut scandalisé devant les 15,000 morts que fit ce bombardement. Quoique affreux en soi, ce bombardement n'est rien comparé à ce qui attend les villes d'Europe dans la guerre à venir. Les Allemands utilisèrent cette technique dès l'invasion de la Pologne. Les Villes de Krakovie et Varsovie entre autre, subirent les foudres de la Luftwaffe. Quand le tour de l'Ouest vint, ce fut les villes de Hollande, Belgique et de France qui furent bombardées à leur tour, surtout la ville de Roterdam. Lors de la Bataille d'Angleterre, au cours du blitz, ce fut Coventry et surtout Londres qui furent attaquées. Londres à elle seule eut plus de 50,000 morts durant la période de Septembre 1940 à mai 1941. Encore là, ces pertes seront moindre que ce que les alliés infligeront à leurs adversaires. Le Bomber Command anglais, dirigé par Sir Arthur Harris, surnommé Bomber Harris, pour se donner bonne conscience, décréta que les Allemands avaient semé le vent, ils récolteront la tempête. Et quel tempête. Ayant à leur disponibilité des bombardiers beaucoup plus gros que ceux des Allemands avec un emport de bombes de loin suppérieur au leur, ils déclencheront des tempêtes de feu sur les villes allemandes comme Dresde Hambourg, Berlin et Nuremberg. En une seule nuit chaude d'été, le 31 juillet 1943,  la tempête de feu déclenchée sur Hambourg tuera plus de civils que durant tout le blitz sur Londres. Ce raid à lui seul, fera 30,482 morts, 37,000 blessés sans compter les disparus. Dans le Pacifique, les villes japonaises ne furent pas épargnées. Tokyo, en une nuit vit le quart de la ville rasée par l'attaque des B-29 qui larguèrent des bombes incendiaires dans des quartiers construits de maisons en bois. Aujourd'hui encore, le monde s'interroge sur la pertinence de ces bombardements. Devions-nous, sous le prétexte qu'ils ont commencé les premiers, agir comme des enfants et faire pire qu'eux. Les tacticiens de l'époque avaient raison pour une chose. La guerre prit fin grâce à un bombardement sans que les soldats eurent à envahir un territoire. Mais pour ce faire, ils déclenchèrent l'horreur de l'ère atomique sur Hiroshima et Nagasaki. Ils en paieront le prix car ils se retrouveront pris dans une guerre froide avec la menace nucléaire qui peut se retourner contre eux. Cette menace encore aujourd'hui subsiste en 2007. La crainte des bombes atomiques est présente parmi nous depuis ce temps. Finalement, ce sont les alliés qui ont semé le vent et ils récoltent la tempête.